10 questions sur la pension de réversion

Par Caroline Racapé

10 questions sur la pension de réversion

Après le décès de ceux avec qui vous avez partagé un bout de chemin, une partie de leur retraite peut vous revenir.

Veufs et veuves ont la possibilité de toucher une part des revenus que leur conjoint percevait ou aurait perçus : c’est la réversion. « Quelle que soit la caisse, il faut avoir été marié : les concubins et pacsés n’en bénéficient pas », prévient d’emblée Émeric Pichon, de Novelvy Retraite. « Mais renseignez-vous bien pour les autres critères ! De mon côté, bien que non-éligible à la réversion de la retraite de base de mon époux, j’ai découvert que je pouvais prétendre à celle de sa complémentaire ! », tempère Paulette, 76 ans. Pour connaître vos droits, suivez notre guide.

Les 10 questions sur la pension de réversion

1- À combien s’élève la réversion ?

Pour le régime de base du privé, la réversion s’élève à 54 % de la pension du défunt. Sachant que son maximum est fixé à la moitié du plafond mensuel de la Sécurité sociale (soit 893,97 €/mois en 2018). Dans le public (et son régime additif), elle est arrêtée à 50 %. Pour l’Agirc-Arrco et la complémentaire RSI, à 60 %.

2- À quel âge a-t-on droit à la réversion ?

Le conjoint survivant doit attendre 55 ans dans la plupart des régimes de base du privé (51 ans, avant janvier 2009). Dans le public et son régime additif, il n’y a pas de condition d’âge. Côté complémentaires du privé, l’âge minimal sera aligné à 55 ans en janvier 2019, lors de la fusion de l’Arcco et de l’Agirc (60 ans jusqu’à présent à l’Agirc).

3- Y a-t-il un critère de revenus ?

Pour toucher la réversion des régimes de base du privé, il ne faut pas percevoir plus de 2 080 fois le SMIC horaire, soit 20550,40 € annuels brut en 2018, ou 32 880,64 € si vous vivez en couple (remarié, pacsé ou en concubinage). Si la réversion porte vos revenus au-delà, elle est rabotée d’autant. En revanche, pour les fonctionnaires ou les caisses complémentaires (sauf celle du RSI, qui exige moins de 79 464 € en 2018), il n’y a pas de condition de ressources.

4- Quelles ressources sont prises en compte ?

« Pour le régime de base, les règles demeurent complexes, met en garde Émeric Pichon. Sont pris en compte : les revenus professionnels (après abattement de 30 %), les indemnités journalières, les pensions d’invalidité, les allocations chômage, les retraites de base et les complémentaires, ainsi que les réversions éventuelles d’un autre régime de base ou spécial. »

Lisez la suite de l’article 10 questions sur la pension de réversion en vous abonnant au magazine ou retrouvez-le en kiosque.

Retrouvez nos articles sur le blog. Suivez également toutes nos actualités sur les réseaux sociaux : LinkedIn, Twitter et Facebook.