Tout ce qu’il faut savoir sur la pension de réversion

Par Roselyne Poznanski | Publié le 8 avril 2017 dans le Dossier Familial

Dossier Familial Retraite Reversion

Si votre conjoint(e) ou ex-conjoint(e) vient à décéder, vous pourrez bénéficier d’une pension de réversion. Un droit absolu qui peut être temporaire. Nos réponses à vos questions.

Pension de réversion : pourrai-je en bénéficier ?

Tout dépend du statut marital qui vous lie au défunt. Si vous êtes ou avez été pacsé ou en concubinage avec lui, même si vous avez des enfants communs, vous ne pourrez jamais prétendre à une pension de réversion. Seules les femmes et hommes mariés et ex-femmes ou ex-maris le peuvent. Si l’époux est fonctionnaire, une durée minimum de mariage avant le décès peut être requise. Et selon les régimes, vous pourrez avoir à renoncer à vos droits en cas de remariage. En revanche, peu importe que la ou le défunt(e) ait été encore en activité ou déjà retraité.

Pension de réversion : tous les régimes de retraite en accordent-ils une ?

Oui. Si votre conjoint ou votre ex-conjoint a été affilié à différents régimes de retraite (par exemple, salarié puis indépendant), vous pouvez même avoir droit à plusieurs pensions de réversion. Mais « le conjoint ou l’ex-conjoint survivant ne bénéficie d’une réversion que s’il remplit les conditions fixées par chaque régime : durée du mariage, ressources maximales, âge minimal ou encore non-remariage…», prévient Philippe Bainville, expert retraite à la CNAV.

À noter : les droits à réversion sont indépendants les uns des autres. Ainsi, vous pouvez très bien bénéficier de la réversion des complémentaires Agirc et Arrco de votre mari décédé, parce que vous n’êtes pas remarié, sans pouvoir percevoir celle de la pension de base du régime général parce que vos revenus sont plus élevés que les plafonds exigés.

« D’où l’importance d’effectuer une demande de réversion auprès de chaque régime auquel votre (ex-)mari ou femme a été affilié durant sa vie professionnelle s’il a relevé conjointement ou chronologiquement de plusieurs régimes », fait remarquer Pascale Gauthier, associée chez Novelvy Retraite.

Vous pouvez retrouvez la totalité de l’article en vous abonnant au Dossier Familial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *