Congé sabbatique : qui peut en prendre un ? Quels sont les écueils à éviter ?

Par Roselyne Poznanski | Publié le 30 août 2016 dans Votre Argent L’Express

Congé sabbatique, n’oubliez pas votre retraite !

Répartir astucieusement ses mois de congé sabbatique permet de ne pas (trop) impacter ses précieux droits retraite. En effet, la durée d’assurance, exprimée en trimestres dans les régimes de base, et que chacun doit réunir s’il veut partir à l’âge légal (désormais de 62 ans pour toutes les personnes nées en 1955 ou après) et au mieux, c’est-à-dire à taux plein, ne cesse de s’allonger au fil des réformes.

Aujourd’hui, si vous avez 45 ans par exemple, vous devez d’ores et déjà réunir 171 trimestres pour bénéficier à terme de pensions de retraites optimales. « Pour qu’il n’y ait aucune rupture du nombre de trimestres attribués par l’Assurance Retraite, il faut veiller à débuter son congé sabbatique le 1er avril ou le 1er mai, pas avant », conseille Bruno Renardier, directeur général de Novelvy Retraite, conseil en droits de retraite.

L’explication ? Elle est simple : 150 heures de Smic horaire brut (soit 1 450,50 euros brut pour 2016) soumis à cotisations suffisent pour valider un trimestre retraite. Autrement dit, un salarié qui perçoit 2 000 euros brut par mois qui souhaite partir onze mois d’affilée et accepte de décaler de trois, quatre ou cinq mois sa date de congé, engrangera automatiquement, l’année de son départ, quatre trimestres retraite au régime général puisqu’il aura cotisé sur la base de 6 000 euros brut au minimum.

Lire la suite sur : votreargent.lexpress.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *