Dossier retraite : évitez les pièges !

Par Thierry Lemaire | Publié le 4 décembre 2017 dans Intérêts Privés

Départ en retraite

Départ en retraite, partez au bon moment ! Quand et avec quelle pension.

Pour pouvoir prétendre à une retraite au taux plein, vous devez désormais être âgé d’au moins 62 ans et avoir suffisamment cotisé, ou, à défaut, patienter parfois jusqu’à vos 67 ans. Une fois ces conditions mesurées, il vous reste à choisir le bon moment pour partir.

On ne prend pas sa retraite à la légère, sans préparation et sans avoir une idée claire sur les choix à opérer. Avant de cocher une date sur votre calendrier, vous devez connaître la règle du jeu pour mesurer ce qui vous attend financièrement selon le moment auquel vous envisagez d’arrêter de travailler et de liquider vos pensions. Pour votre retraite de base comme pour votre retraite complémentaire, vous pourrez bénéficier d’une retraite au taux plein si vous avez atteint un âge minimal et cotisé suffisamment longtemps. Sinon, il vous faudra attendre d’avoir 67 ans pour ne pas subir une décote en liquidant votre retraite de base. Le montant de votre pension dépend donc directement de l’emplacement de ces deux curseurs au jour où vous demandez la liquidation de votre retraite.

Évitez une pension peau de chagrin

Si vous envisagez de partir à la retraite avec le taux plein (50 %) dès 62 ans – âge légal désormais en vigueur pour les assurés nés à compter de 1955 – vous risquez de devoir reconsidérer votre projet. En effet, les conditions requises pour jouir d’une retraite pleine sont de plus en plus difficiles à satisfaire dès cet âge, aussi bien pour la retraite de base que pour la retraite complémentaire. Les caisses Agirc et Arrco s’étant alignées sur le régime général.

La durée d’assurance – le nombre de trimestres cotisés requis – augmente au fil des générations et retarde de facto la date de départ au taux optimum. À moins de figurer parmi quelques cas dérogatoires. Faute de réunir le nombre de trimestres requis, vous avez le choix entre trois attitudes.
– partir quand même en supportant alors une décote de 1,25 % pour chaque trimestre manquant,
– repousser votre date de départ jusqu’à acquérir les trimestres qui vous manquent pour totaliser le nombre requis,
– attendre l’âge du taux plein, fixé à 67 ans quel que soit le nombre de trimestres dont vous disposez.

Retrouvez la totalité de cet article sur évitez les pièges du départ en retraite, en kiosque ou sur abonnement.

D’autres articles également dans la rubrique conseils d’experts.

N’hésitez pas à nous contacter pour toutes questions sur votre situation personnelle.