Le piège qui attend les retraités en 2019

Par Roselyne Poznanski

Les Échos les retraités en 2019

L’accord Agirc-Arrco qui entre en vigueur le 1er  janvier prochain n’est pas anodin : tous les salariés ou presque sont concernés. Quel sera son impact ?

Avant de fixer sa date de départ à la retraite, il est désormais impératif de bien appréhender le manque à gagner sur ses premières pensions et les différentes possibilités pour le contourner. Quelque peu masqué par l’actualité de la future réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron, l’accord Agirc-Arrco qui sera effectif dans quelques semaines, a en fait été adopté… fin 2015 par les partenaires sociaux pour rééquilibrer les comptes des deux régimes de retraite complémentaire des salariés de l’industrie, du commerce, des services et de l’agriculture.

Sa mise en œuvre aura de multiples conséquences sur les futures pensions des 22,3 millions de cotisants potentiellement concernés. Pénalisantes pour les uns, favorables pour les autres, les nouvelles règles auxquelles il va falloir s’habituer vont obliger chacun à  (re)penser son départ à la retraite . Il est donc essentiel de bien les comprendre.

Un malus temporaire pour la plupart des salariés

La mesure phare de cet accord Agirc-Arrco est sans aucun doute l’instauration d’un coefficient de solidarité ou « malus » de moins 10 % durant trois ans sur les pensions de retraite complémentaire de la plupart des futurs retraités.

Ce malus vous concerne si vous êtes né en 1957 ou après si vous êtes actuellement salarié ou si vous avez à un moment ou à un autre cotisé à l’Agirc-Arrco et si vous souhaitez faire valoir vos droits à pension dès que votre retraite de base pourra être calculée à taux plein, que ce soit à vos 62 ans ou peu après, et non quatre trimestres calendaires après.

Lire la suite de l’article Le piège qui attend les retraités en 2019 sur le site des Échos.

Retrouvez également toutes nos actualités sur les réseaux sociaux : LinkedIn, Twitter et Facebook. Lisez régulièrement nos articles sur le blog.