Préparer une année sabbatique

Par Laurence Olivier

Mieux vivre votre argent année sabbatique

À 35 ans, Mathieu, célibataire, envisage de prendre un congé sans solde

Aujourd’hui, Mathieu aimerait donc faire une pause pour réfléchir à son avenir, se consacrer au bénévolat, dans une autre région de France ou à l’étranger, en profitant d’une « disponibilité ». Cette possibilité offerte aux agents de la fonction publique territoriale prend la forme d’un congé sans solde dont la durée varie selon le motif. Lorsqu’il s’agit de convenances personnelles, elle est au maximum de trois ans, renouvelable dans la limite de dix ans pour toute la carrière. Et, gros avantage du dispositif, à son retour, Mathieu retrouvera un poste correspondant à son grade. Une opportunité qu’il souhaite saisir !

Partir en année sabbatique quand il veut, sans s’inquiéter de sa retraite

Autre volet à anticiper si Mathieu désire optimiser son congé, le choix de sa date de départ. En tant que fonctionnaire territorial titulaire, il relève de la Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL). « Le calcul de ses trimestres de retraite, s’appuyant sur des périodes travaillées – 90 jours équivalant à 1 trimestre -, peu importe le moment où il prendra sa disponibilité, analyse Pascale
Gauthier, associée chez Novelvy Retraite, un cabinet de conseil spécialisé. En revanche, il en aurait été tout autrement s’il avait travaillé dans le secteur privé. Nous l’aurions alors incité à partir à cheval sur deux années civiles. Une astuce qui vise à éviter la perte de quatre trimestres de retraite induite par une année sans salaires. »

Explications : en 2018, pour valider un trimestre de retraite dans le régime général, il faut percevoir une rémunération brute minimale de 1482 euros, soit en théorie 5 928 euros pour faire le plein des quatre trimestres cumulables sur une année. Attention ! En pratique, l’Assurance retraite applique un plafond au-delà duquel elle ne prend plus en compte le salaire mensuel dans ses calculs. Fixé à 3311 euros par mois pour 2018, celui-ci permet donc de valider au maximum deux trimestres sur un mois. Si 1482 euros valident un trimestre, un salaire d’au moins 2 964 euros (1482 euros x 2) fait donc gagner deux trimestres.
Et tous les revenus encaissés au-delà de 3 311 euros ne sont pas comptabilisés pour la retraite de base. Mais avec deux salaires mensuels d’au moins 2964 euros sur une année, il est possible d’engranger quatre trimestres.

D’où notre préconisation pour un salarié du privé désireux de s’accorder un break de ne pas partir en janvier mais plutôt à partir de mars. Même scénario l’année du retour, mieux vaudrait reprendre une activité avant le 1er novembre.

Lire la suite de l’aen achetant le n° 438.

Retrouvez également toutes nos actualités sur les réseaux sociaux : LinkedIn, Twitter et Facebook. Lisez régulièrement nos articles sur le blog. Merci.