Les réformes ne suffisent pas à équilibrer les régimes de retraite

Par Frédérique Schmidiger | Publié le 1er mars 2017 dans Le Particulier

Le Particulier_mars 2017
Réformes et équilibre des régimes de retraite. Après celle de 2010 du gouvernement Fillon, suivie par la réforme 2014 du gouvernement Ayraut, où en sommes-nous ?

Salariés et retraités ont été mis à contribution

Depuis février 2017, l’âge légal de la retraite est passé à 62 ans. Les salariés nés en 1955 sont donc les premiers à devoir travailler 2 années pleines supplémentaires depuis la reforme 2010. Et davantage s’ils n’ont pas les 166 trimestres d’assurance nécessaires depuis 2014 pour obtenir une retraite à taux plein. La génération née en 1950 pouvait, elle, partir dès 60 ans avec 162 trimestres. Ce recul de l’âge de départ (61 ans et demi, en moyenne) n’est pas le seul levier actionné pour rééquilibrer les régimes de retraite. Les salariés cotisent plus, et, depuis la Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2016, une partie des prélèvements sociaux sur les revenus du capital alimente le fonds de solidarité vieillesse. Et les pensions n’ont pas été revalorisées depuis 2014.

Les retraites Agirc et Arrco sont aussi rabotées

Le dernier accord Arcco-Agirc, signé par les partenaires sociaux en 2015, diminue encore le rendement des points de retraites complémentaires.

Les dispositifs alternatifs s’imposent doucement

Pour atténuer les effets de ces réformes, les actifs et les retraités s’emparent du cumul emploi retraite et de la retraite progressive.

Article seulement accessible par abonnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *