Règles fiscales : focus sur 5 erreurs à éviter

Par Nathalie Cheysson-Kaplan | Publié le 9 février 2018 dans le Dossier Familial

Dossier Familial Règles fiscales

Entre les pensions des régimes de retraite obligatoires et facultatifs, les indemnités versées en fin de parcours professionnel et les pensions alimentaires, il y a de quoi se perdre dans les règles fiscales. Focus sur cinq erreurs classiques à éviter.

Déduire les abattements sur votre pension

Le montant de vos pensions de retraite imposables est en principe prérempli sur votre déclaration, et il suffit de vérifier son exactitude. Vos pensions de retraite, majoration pour enfants incluse mais hors majoration pour tierce personne, sont imposables après déduction d’un abattement spécial de 10 % (contrairement à une idée largement répandue, il ne s’agit pas d’un abattement pour frais). Cet abattement n’apparaît pas sur la déclaration. Ne le déduisez pas vous-même ! Le logiciel de calcul de l’impôt se chargera de l’appliquer aux sommes déclarées.

Il est plafonné à 3 752 euros par foyer fiscal. Ce plafond s’applique à toutes les pensions reçues par le foyer fiscal : pensions de retraite versées par les régimes de retraite obligatoires, rentes viagères versées à la sortie d’un PERP, du régime Préfon, d’un contrat de retraite d’entreprise de type article 83, et pensions alimentaires. De même, ne déduisez pas vous-même l’abattement lié à l’âge ou à l’invalidité.

Règles fiscales, l’avis d’expert

Pascale Gauthier, associée chez Novelvy Retraite. « Distinguez départ à la retraite et mise à la retraite. »

À partir de 62 ans, lorsque vous décidez de faire liquider vos droits à la retraite, il s’agit d’un départ en retraite, même si votre employeur vous a fait comprendre qu’il serait bien de partir. En revanche, lorsque celui-ci prend l’initiative de la rupture du contrat de travail, il s’agit d’une mise à la retraite. Entre l’âge du taux plein applicable à votre génération et 70 ans, il n’a pas le droit de vous mettre à la retraite sans vous demander votre avis. Il ne peut le faire que si vous êtes d’accord. Vous avez intérêt à accepter, car le régime fiscal de l’indemnité de mise à la retraite est plus avantageux que celui de l’indemnité de départ en retraite.

Retrouvez la totalité de l’article dans le Dossier Familial, achat en kiosque ou abonnement internet.

Vous pouvez aussi consulter nos autres articles du blog et nous suivre sur les réseaux sociaux.

Pour plus d’information, vous pouvez également nous contacter.