Retraite des femmes. Faites valoir tous vos droits !

Par Nathalie Cheysson-Kaplan et Roselyne Poznanski | Publié le 1er mars 2017 dans I comme Info, magazine mensuel clients LCL

I comme Info Retraite des femmes

Carrière discontinue, temps partiel, inégalité salariale. Ces trois facteurs amputent les pensions de femmes de près de 40 % par rapport à celles des hommes. Nos conseils pour tirer avantage de toutes les mesures correctives existantes.

Comment s’assurer un maximum de trimestres ?

Des trimestres supplémentaires peuvent être alloués pour combler les trous de carrière ou tenir compte de situations particulières. N’en laissez filer aucun.

Faire le point sur les compensations pour motifs familiaux

Pour les femmes au foyer. Vous arrêtez de travailler ou travaillez à temps partiel pour vous occuper de vos enfants. Ces périodes peuvent être validées gratuitement, en tant que trimestres cotisés, par l’assurance-vieillesse des parents au foyer (AVPF).

Vous avez eu des enfants. La majoration de durée d’assurance pour enfant (MDA) est la plus connue. Elle offre huit trimestres supplémentaires par enfant.

Vous vous occupez d’une personne dépendante. Si vous n’exercez aucune activité professionnelle et avez un enfant ou un adulte handicapé à 80 % minimum à votre charge. Ou si vous prenez un congé de proche aidant. Votre statut d’aidant familial vous donne également le droit à l’assurance-vieillesse des parents au foyer (AVPF).

Vous avez pris un congé parental. Vous avez le droit à une majoration de durée d’assurance égale à la durée du congé parental à condition qu’il ait été à plein temps.

Gérer au mieux le temps partiel

Concernant le calcul de la durée d’assurance, les périodes à temps partiel, même très réduit, n’ont plus beaucoup d’incidence. Au régime général, il suffit d’avoir cotisé sur la base de 5 856 euros de salaire brut par an (soit 488 euros par mois) en 2017 pour valider les quatre trimestres. Mais ces périodes ont un impact négatif sur le calcul de votre salaire annuel moyen si elles surviennent au cours de vos « 25 meilleures années « . Cela se traduit par des points en moins dans les régimes complémentaires Arrco et Agirc.

Pour limiter cet impact négatif, il est possible de surcotiser sur la base d’un salaire à temps plein dans le régime de base comme dans les régimes complémentaires.

Si vous êtes à temps partiel en fin de carrière, la retraite progressive est une véritable aubaine quel que soit votre statut. Ce système permet de travailler moins, de continuer à toucher un salaire tout en commençant à percevoir une fraction de sa retraite.

Lorsque l’on travaille avec son conjoint

Choisissez le bon statut. Les femmes qui travaillent dans l’entreprise de leur mari ou de leur partenaire de pacs ont intérêt à être salariées sur la base d’un salaire minimum au moins égal au SMIC pour pouvoir se constituer des droits personnels à la retraite.

En cas de divorce, de décès ou de départ à la retraite de votre conjoint ou partenaire de pacs vous avez désormais la possibilité de continuer à cotiser sur une base volontaire pour engranger davantage de trimestres.

Pension de réversion : quels sont vos droits ?

Si votre mari ou ex-mari vient de décéder, vous pourrez bénéficier d’une pension de réversion. Un droit absolu qui peut être temporaire. Nos réponses à vos questions.

L’article complet est réservé aux clients de la banque LCL par abonnement mais vous pouvez retrouvez cet article dans le Dossier Familial du mois de mars (abonnement)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *