Retraite des femmes : ce que vous devez savoir

Par Nathalie Cheysson-Kaplan | Publié le 9 mai 2017 dans Pleine Vie

Retraite des femmes : infirmière libérale, maximiser ses points retraite

Retraite des Femmes-Pleine-Vie

Infirmière indépendante, vous relevez du régime des professions libérales. Votre retraite est donc gérée par la Carpimko.

La retraite de base

Votre retraite de base, par points, dépend des points acquis pendant toute la durée de votre activité libérale (et pas uniquement les meilleures années de votre carrière).

La retraite complémentaire

Les règles de la retraite complémentaire diffèrent de celles du régime de base. Pour les générations nées avant 1956, l’âge de départ est fixé à 65 ans. Une infirmière peut partir avant, mais avec une forte décote. « Dès lors, elles sont nombreuses à attendre d’avoir 65 ans pour faire liquider leur retraite. En milieu rural, leurs conditions de travail sont parfois difficiles et elles aimeraient pouvoir lever le pied plus tôt. Mais, à la différence des salariés ou des indépendants, elles ne peuvent pas bénéficier de la retraite progressive. …/… », explique Pascale Gauthier de Novelvy Retraite.

Lire la suite de l’article sur PleineVie.fr

Retraite des femmes : commerçante, compléter ses droits

Si vous êtes commerçante, vous relevez donc du régime social des indépendants (RSI).

La retraite de base

Votre retraite de base dépend de la moyenne des revenus professionnels des 25 meilleures années de votre carrière. Comme dans les autres régimes du privé, la durée d’assurance est calculée à partir des cotisations versées au RSI. Jusqu’en 2014, il fallait avoir cotisé sur la base d’un revenu égal à 200 fois le Smic horaire pour valider un trimestre ; depuis le 1er janvier 2014, ce seuil a été abaissé à 150 Smic horaires.

Mais attention, si vous avez cotisé sur la base de la cotisation minimum (en cas de déficit ou de revenu inférieur à l’assiette minimale de cotisation), votre durée d’assurance risque d’être très faible, car, jusqu’en 2015, cette cotisation ne permettait de valider qu’un trimestre par an. En effet, ce n’est que depuis 2016 que les règles ont été aménagées pour permettre aux assurés de valider 3 trimestres par an. « Vous risquez donc de vous retrouver avec une petite retraite, mais ce n’est pas spécifique aux femmes », avertit Pascale Gauthier, associée chez Novelvy Retraite.

La retraite complémentaire

Lire la suite de l’article sur PleineVie.fr

Et retrouvez également d’autres articles sur les métiers et retraites des femmes : professeure des écoles, agricultrices, ouvrière sur le site du magazine Pleine Vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *