Retraite malus Agirc-Arrco : comment y faire face ?

Par

Mieux vivre votre argent Retraite malus Agirc-Arrco

Si la hausse de la CSG a marqué les retraités en 2018, ce sont les futurs pensionnés qui seront au cœur de l’actualité dès le début de cette nouvelle année. L’entrée en vigueur du malus Agirc-Arrco de 10 % va les pénaliser. Nos stratégies pour réagir.

Sans préjuger de la réforme globale voulue par Emmanuel Macron, dont les grandes lignes devraient être dévoilées dans les prochains mois, l’année 2019 s’annonce déjà comme celle de tous les dangers pour les retraites. Ce sont les futurs retraités qui seront concernés. Plus précisément, les salariés du secteur privé nés en 1957 ou après, qui atteignent cette année l’âge légal de départ, c’est-à-dire leur 62 ans, et les salariés qui peuvent se prévaloir d’une carrière longue et qui sont nés en 1959 ou après.

Que se passera-t-il pour eux ? S’ils choisissent de faire liquider leurs droits à la retraite dès l’obtention de leur taux plein (atteint avec 166 trimestres retraite pour les personnes nées en 1957, avec 167 trimestres pour les générations nées entre 1958 et 1960, et ainsi de suite), leur pension complémentaire Agirc-Arrco – et elle seule -, ne sera plus versée à 100 % comme c’était le cas jusqu’à présent, mais à 90 % durant les trois premières années ou jusqu’à 67 ans au plus tard. Autrement dit, elle sera affectée de façon temporaire par un coefficient minorant de 10%, dit de solidarité, plus couramment appelé « malus ». Celui-ci vient d’un accord signé le 30 octobre 2015 par les représentants des organisations syndicales et patronales qui gèrent de façon paritaire le régime Agirc-Arrco …/…

Décaler son départ en retraite d’un an

…/…

« Avant de prendre une décision quelconque, il faut bien évaluer ce que l’on perd. Lorsque la part de la complémentaire Agirc-Arrco représente moins de 50 % de la pension globale, le manque à gagner lié au malus est proportionnellement plus faible : sauf impératif personnel, travailler une année de plus n’a alors qu’un intérêt limité. En revanche, lorsque cette part est prédominante, ce qui est le cas pour de nombreux cadres, la question reste ouverte », souligne Bruno Renardier, directeur de la société d’expertise Novelvy Retraite.

Vous pouvez lire la suite de l’article Retraite malus Agirc-Arrco : comment y faire face ? ici. Vous trouverez aussi d’autres articles sur le même thème sur Mieux Vivre Votre Argent.

Retrouvez tous nos articles sur le blog. Suivez également toutes nos actualités sur les réseaux sociaux : LinkedIn, Twitter et Facebook.