Retraite : trois règles d’or pour éviter les mauvaises surprises au moment de faire valoir ses droits

faire valoir droits de retraite

En l’absence d’anticipation, certains pourraient avoir des surprises au moment de liquider leur retraite.

NOS CONSEILS – La complexité du système français est source d’erreurs presque toujours en défaveur de l’assuré. Or nombre d’entre elles sont facilement évitables selon les experts.

En 2020, « une nouvelle retraite sur six (liquidée à la CNAV) comporte au moins une erreur de portée financière », souligne la Cour des comptes dans son dernier rapport sur la « certification des comptes du régime général de sécurité sociale ». Un chiffre élevé …/…

De même, si la Cour des comptes pointe que « pour les trois-quarts, ce taux correspond à des erreurs au détriment des assurés », « Le problème de ces écarts c’est qu’ils ne sont pas toujours très élevés dans l’absolu. On ne s’en rend pas compte immédiatement. Mais sur 23,24,25 ans… ça finit par peser », note Pascale Gauthier, responsable veille réglementaire et formation chez Novelvy Retraite. Voici donc trois comportements à adopter pour limiter le risque de mauvaises surprises sur votre pension retraite.

Ne pas faire confiance à sa caisse de retraite

« Personne ne connaît mieux votre parcours que vous », répète à plusieurs reprises Pascale Gauthier.

Effectivement avec un tel taux d’erreur, mieux vaut pour l’assuré vérifier chaque ligne des documents que l’on lui envoie. Les carrières avec de nombreux changements de situations sont naturellement plus à risque, notamment si elles comportent des périodes à l’étranger. En effet, selon les pays d’expatriation, les sommes cotisées ne vont pas forcément être transmises à la caisse française. En cas de longues périodes non cotisées, la CNAV demandera des explications, mais les expériences courtes peuvent être oubliées.

Retrouvez la suite de l’article T sur le site Le Figaro. Lecture de l’article complet réservée aux abonnés.

Vous pouvez également nous rejoindre sur les réseaux sociaux LinkedIn, Twitter et Facebook. Vous y trouverez notamment les articles parus dans les presse. Alors partagez-les et « likez » notre page Facebook !