Vos retraites françaises : le top five des idées reçues sur la retraite

Par Pascale Gauthier | Publié le 13 novembre 2017 dans l’UFE-Hebdo

Expatriation, convention de sécurité sociale, cotisation volontaire… Les idées reçues ont parfois la vie dure. Quelques précisions pour mieux comprendre les règles qui se cachent derrière ces mots.

idées reçues sur la retraite

Idée reçue n° 1 : je suis expatrié, je continue à cotiser comme si j’étais en France.

Attention pour la Sécurité sociale, être « expatrié » signifie que vous ne cotisez plus de façon obligatoire auprès d’un régime de sécurité sociale français. Seuls les salariés qui travaillent à l’étranger avec un statut de « détaché » continuent à cotiser obligatoirement en France.
« Expatrié » au sens de la sécurité sociale, signifie que vous cotisez auprès du régime de sécurité sociale du pays étranger, s’il existe et si vous en avez le droit.
Ayant coupé le lien obligatoire avec la Sécurité sociale française, vous avez alors la possibilité de cotiser de façon volontaire auprès des régimes de retraite français.
Salariés, vous pouvez toujours choisir de cotiser auprès de la Caisse des Français de l’Étranger (CFE) et/ou auprès des régimes complémentaires des salariés du privé (CRE-Ircafex).
Indépendant, il vous est également possible de vous affilier auprès du RSI en tant que chef d’entreprise, commerçant, ou industriel ou auprès de la CIPAV si vous êtes consultant.
Vous êtes salarié, le « contrat d’expatriation » proposé par votre employeur prévoit peut-être une cotisation volontaire auprès des régimes de retraite français. Mais vérifiez-en les conditions (CFE ou CRE Ircafex ou les deux conjugués) et les assiettes de cotisations retenues pour chaque régime.

Idée reçue n° 2 : à l’époque j’étais à la « CFE », je dois avoir mes trimestres.

Nous entendons souvent cette phrase chez les expatriés qui, une fois revenus en France, se préoccupent de leurs retraites. Ils font le compte de leurs trimestres et se rappellent avoir cotisé à la CFE…
La Caisse des Français de l’Étranger vous propose trois assurances : maladie-maternité, vieillesse et accident du travail. Attention, seule l’assurance vieillesse de la CFE assure la continuité avec le régime général de la Sécurité sociale. Vos cotisations volontaires à la CFE-vieillesse sont reversées au régime de base des salariés qui met à jour votre compte individuel comme si vous étiez salarié du régime général en France. L’assiette annuelle de cotisation est donc prise en compte lors du calcul du salaire annuel moyen, chaque trimestre de cotisation est retenu au titre du taux et de la durée de cotisation au régime général.

Idée reçue n° 3 : grâce aux accords de sécurité sociale, la France me versera toutes mes retraites. 

Lire la totalité de l’article du top 5 des idées reçues sur la retraite, sur le site de l’UFE.

Découvrez également nos services en expertise retraite : bilan retraite, liquidation retraite, réversion retraite, consultations retraite. Vous pouvez aussi contacter directement nos conseillers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *