Retraites : racheter des trimestres, cinq conseils

Racheter des trimestres

Les actifs auxquels il manque des trimestres doivent se poser la question de la pertinence d’un rachat. Son coût est fiscalement déductible. Ce qui améliore fortement la rentabilité de l’opération pour des assurés très taxés.

Au cours de votre vie professionnelle, en tant que salarié du privé, fonctionnaire, indépendant, etc., vous avez cotisé à un (ou plusieurs) régimes de retraite de base qui vous ont permis d’engranger des trimestres.

Les règles diffèrent : par exemple, les salariés du privé doivent cotiser 600 heures de Smic horaire par an (soit 6.150 euros en 2021) pour valider quatre trimestres. Vous pouvez vérifier à tout moment le nombre de trimestres déjà acquis sur votre relevé de carrière.

Avec ce décompte, vous pouvez estimer l’âge de votre retraite à taux plein ou le nombre de trimestres manquants pour y parvenir à 62 ans. L’intérêt du taux plein ? Obtenir une retraite de base sans décote (1,25% en moins à vie par trimestre manquant) et une retraite complémentaire sans minoration.

Pour combler les trous, une solution s’offre à vous : le rachat de trimestres. «Les demandes de rachats sont fréquentes, mais il n’est pas profitable pour tous les actifs», souligne d’emblée Pascale Gauthier, directrice associée du cabinet Novelvy Retraite. Voici cinq conseils pour savoir si vous avez le profil du candidat au rachat.

1 – Vérifier son éligibilité

Avant de racheter des trimestres, vérifiez avant tout s’il vous en manque et combien ! Problème : le relevé de carrière comporte parfois des oublis.

Retrouvez la suite de l’article  sur le site Le Revenu. Lecture complète de l’article réservée aux abonnés.

Vous pouvez également nous rejoindre sur les réseaux sociaux LinkedIn, Twitter et Facebook. Vous y trouverez notamment les articles parus dans les presse. Alors partagez-les et « likez » notre page Facebook !