Brexit et conséquences sur les retraites françaises des expatriés au Royaume‑Uni

Par Pascale Gauthier

Brexit, le Royaume‑Uni quitte l’Union Européenne. Quelle conséquence au niveau retraite pour les assurés qui cotisent ou ont cotisé au Royaume‑Uni au cours de leur carrière ?

Les règles de totalisation des trimestres pour l’évaluation du droit au taux plein seront modifiées. L’impact, favorable ou défavorable de ce changement sera fonction des futurs accords de sécurité sociale signés par le Royaume‑Uni avec la France et les autres pays européens.

Prenons un exemple : Clément avait cotisé 30 ans en France avant de partir 4 ans à Francfort. Il travaille aujourd’hui à Londres. Si la totalité de sa carrière est prise en compte, il pourrait bénéficier d’une retraite au taux plein dès 62 ans.

Avant le Brexit : taux plein calculé en totalisant les trimestres acquis dans l’ensemble des pays européens

Un français expatrié au Royaume‑Uni qui prend sa retraite bénéficie des règlements européens en matière de sécurité sociale.
En conséquence, les trimestres cotisés dans l’ensemble des pays ayant part aux accords communautaires (Union Européenne, mais aussi Islande, Liechtenstein, Norvège et Suisse) sont totalisés pour évaluer le droit à une retraite au taux plein en France.

Avec 120 trimestres cotisés en France, 16 trimestres en Allemagne et potentiellement 32 acquis en Angleterre d’ici 2023, Clément pensait, à cette date, avoir validé 168 trimestres et bénéficier ainsi de ses retraites françaises (régimes complémentaires compris) au taux plein.

Il craint que, suite au Brexit, les trimestres cotisés en Angleterre ne soient plus reconnus et le contraignent à attendre 67 ans, âge auquel une retraite au taux plein lui est garantie quelle que soit la durée de carrière.

Télécharger le communiqué de presse en pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *