Présidentielles : retraite à 60 ans et Frexit

Retraite à 60 ans

Présidentielles : retraite à 60 ans et Frexit

Alors qu’ils s’opposent sur beaucoup de questions, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen proposent tous les deux d’avancer l’âge de la retraite à 60 ans. La modification sera-t-elle progressive et quels seront les assurés concernés ?

Ni Jean-Luc Mélenchon ni Marine Le Pen ne donnent pour l’instant de précisions sur le calendrier de mise en place de la retraite à 60 ans avec 40 annuités. Quant au financement de ce programme, Jean-Luc Mélenchon estime qu’ «il suffit que les femmes soient payées comme les hommes». Ce qui entraînerait une augmentation des cotisations sociales qui équilibrerait le régime. Marine Le Pen prévoit son financement en réduisant considérablement les charges de l’État et en augmentant la croissance.

Rappelons que ce retour aux 60 ans, promis par François Mitterrand en 1981, était en place dès avril 1983. Ses modalités, taux plein pour les assurés justifiant de 37 ans ½ de carrière, ayant été décidées en 1982. La mise en place avait donc été assez immédiate.

La Retraite des indépendants

Marine Le Pen souhaite « créer un bouclier social pour les indépendants en leur proposant le choix de s’affilier au régime général ou de conserver la spécificité de leur régime après une refonte totale du RSI qui fonctionnera sur la base de l’auto-déclaration trimestrielle des revenus. »

Jean-Luc Mélenchon estime que le RSI n’est plus adapté et propose donc un adossement des indépendants au régime général avec un guichet spécifique. Dans le programme de la France Insoumise on peut ainsi lire : « Avec le projet de Sécurité sociale intégrale : donner la liberté aux artisans, commerçants, indépendants, chefs d’entreprise et auto-entrepreneurs de s’affilier au régime général de la Sécurité Sociale plutôt qu’au régime social des indépendants (RSI). »

Là encore pas de calendrier de mise en place d’une telle réforme ni précision des modalités d’applications.

Les conséquences de la sortie de l’Union Européenne

Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen se donnent chacun à leur manière la possibilité de sortir de l’Europe. Mais quelles seraient les conséquences pour les expatriés en matière de retraite ?

Les accords européens

Actuellement, un Français expatrié en Europe qui prend sa retraite bénéficie des accords européens de sécurité sociale. Ces accords concernent l’ensemble des pays membres de l’Union Européenne, la Norvège, l’Islande, le Liechtenstein et la Suisse. Les Français ayant cotisé auprès des régimes de sécurité sociale de ces pays européens verront donc les trimestres « étrangers » ajoutés aux trimestres cotisés en France pour le calcul du droit au taux plein.

Conséquence d’un Frexit

Que se passera-t-il pour un Français ayant cotisé dans un ou plusieurs des pays ayant part à ces accords ? On peut imaginer que les ponts ne seront pas totalement coupés et que de nouvelles conventions bilatérales seront signées avec certains de ces pays. Mais tous les pays seront-ils concernés ? Comment les Français qui ont sillonné l’Europe seront-ils traités ? En effet, les règles actuelles de totalisation des trimestres ne prévoient pas d’appliquer plus d’une convention bilatérale. Les candidats n’ont pas abordé cette question lors des débats ou dans leurs programmes.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *