Réforme des retraites Macron, chapitre 1

Dans son programme, le candidat Emmanuel Macron annonçait qu’il ne conduirait pas une réforme aussi ambitieuse que la réforme des retraites dans la précipitation. Son objectif était de voir la réforme commencer à s’appliquer au cours de la législature suivante.

Réforme des retraites Macron chapitre 1

Point d’étape en ce début d’automne 2017

Emmanuel Macron souhaitait « prendre le temps des consultations sur les modalités ». Où en sommes-nous ?

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, détaillait ces modalités le 15 juin 2017, dans sa feuille de route. En effet, elle aura, entre autres, la charge de la réforme des retraites. La ministre considère elle aussi que « pour qu’une telle réforme réussisse, il faut du temps. Du temps qui permettra d’établir les faits, de consulter les parties prenantes, de définir le cadre des concertations, et de préparer les textes législatifs nécessaires ».

Prochaine étape, le printemps 2018. Un accord de méthode aura alors été négocié avec les organisations syndicales et patronales. « Cet accord portera sur les sujets à traiter, les méthodes de concertations et la calendrier visé ». Pour mener cette concertation Agnès Buzyn a commencé à mettre en place une organisation dédiée à la réforme.

Mise en place d’une organisation dédiée à la réforme

Le 11 septembre, un décret instituait un haut commissaire à la réforme des retraites chargé d’apporter son concours à la définition et à la mise en ouvre de la réforme des retraites.

Ses missions :
– organiser la concertation avec les principaux acteurs du champ des retraites,
– coordonner au niveau interministériel les travaux de préparation de la réforme des retraites, de rédaction des projets de textes législatifs et réglementaires et de suivi de leur mise en oeuvre.

Il rend compte au Premier ministre et au ministre des solidarités et de la santé. Si nécessaire, il sollicite les services des ministères concernés. Notamment ceux du ministère des Solidarités et de la Santé et du ministère de l’Action et des Comptes publics, les corps d’inspection et le secrétariat général du conseil d’orientation des retraites ainsi que les caisses et institutions de sécurité sociale et leurs groupements.

Le 14 septembre, Jean-Paul Delevoye a été nommé en conseil des ministres.

Ministre de la fonction publique sous Jacques Chirac, député puis sénateur-maire de Bapaume, président de l’Association des maires de France, médiateur de la République puis défenseur des droits, Jean-
Paul Delevoye a présidé de 2010 à 2015 le Conseil économique, social et environnemental (CESE).

Une nomination de bon augure : connaissance des rouages de l’État, expérience de la concertation avec les partenaires sociaux (il a participé à la mise en oeuvre en 2003 de la réforme des retraites)… Autant d’éléments qui devraient permettre à la future réforme de démarrer sur de bonnes bases.

À lire également :

Réforme Macron des retraites. Le Cor prépare le terrain.

Rapport annuel du Cor.

En marche vers un système universel de retraites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *