Vers un nouveau recul de l’âge de la retraite ?

Par Pascale Gauthier

Le recul de l’âge de la retraite : professions libérales, élection présidentielle 2017 et évolution au-delà des frontières

Rappel sur la situation actuelle en matière d’âge de la retraite aujourd’hui :

– l’âge légal d’ouverture des droits est de 62 ans
– l’âge du taux plein est possible avant 67 ans selon le nombre de trimestres validés et est garanti 5 ans après l’âge légal donc à l’âge de 67 ans
– certaines exceptions à la règle du taux plein demeurent notamment pour les régimes
complémentaires des salariés du privé et des professions libérales

62 ans, âge de la retraite pour les Professions Libérales : vrai ou faux ?

Pour un libéral, si la part principale de la retraite vient du régime complémentaire auquel il est affilié, les règles d’acquisition du taux plein dans ce régime détermineront le choix de sa date de départ. Or, pour nombre de professions libérales, l’âge du droit à une retraite au taux plein est déjà en train de reculer jusqu’à 67 ans.

Quelle que soit la durée de carrière, experts comptables et vétérinaires ont toujours eu à attendre l’âge de 65 ans pour avoir droit au taux plein.
Pour la plupart des autres professions libérales, cet âge recule à 67 ans à l’horizon 2022. C’est le cas des assureurs, dentistes, sages-femmes et pharmaciens. En 2024 pour les notaires et 2026 pour les huissiers.

Par contre, architectes, géomètres et autres membres des professions libérales non réglementées, ainsi que les auxiliaires médicaux à compter de 2018, prennent en compte la durée de carrière pour le droit au taux plein.

Les médecins, quant à eux, se sont affranchis de la notion de taux plein en instaurant, à compter du 1er janvier 2017, la retraite « en temps choisi ».

Recul de l’âge de départ à 65 ans, suite aux présidentielles 2017 : quelles conséquences ?

L’âge d’ouverture des droits pourrait reculer à nouveau.

François Fillon propose de reculer l’âge de la retraite à 65 ans d’ici 2022. Novelvy Retraite a donc imaginé un calendrier de recul de l’âge de départ par incrémentation de 6 mois versus 9 mois par année de naissance. Selon ce calendrier, les générations 1962 ou 1960 seraient les premières à partir dès 65 ans.

Parmi les questions subsidiaires, l’âge du taux plein garanti reculera-t-il aussi, passant à 70 ans ? Le droit au minimum vieillesse étant associé à cet âge, une telle corrélation serait difficilement acceptable.

De même, le recul de 3 ans de l’âge du départ anticipé pour carrière longue fera l’objet de négociations.

Enfin, pour permettre aux assurés de patienter jusqu’à 65 ans, il vaudrait mieux ne pas faire reculer davantage la retraite progressive accessible aujourd’hui dès 60 ans.

Le bonus-malus, dispositif de l’Agirc-Arrco, destiné à inciter les assurés à reculer le départ à la retraite, sera-t-il toujours nécessaire si tout le monde part à 65 ans ?
Enfin, pour nombre d’assurés qui voulaient poursuivre leur activité professionnelle jusqu’à 65 ans, les dispositifs de surcote et de cumul emploi-retraite ne seront plus accessibles.

Au-delà des frontières, le départ à 67 ans devient la norme : les français ne sont donc pas si mal lotis

Selon l’OCDE, l’âge normal de la retraite continue à reculer. Ainsi, il sera de 67 ans dès 2021 au Royaume-Uni, 2027 en Espagne et en Allemagne et 2029 aux États-Unis.

La France reste un des derniers pays avec :

– un âge légal de départ inférieur à 65 ans,
– des possibilités de départ anticipé avant 62 ans et
– un départ à taux plein avant 64 ans pour un assuré ayant commencé à travailler à 20 ans.

Grâce aux régimes complémentaires obligatoires, la France a un taux de remplacement par rapport au dernier revenu qui reste plus élevé qu’à l’étranger. Exception française qui impose de cotiser sur un revenu non limité au plafond de la sécurité sociale.

Télécharger le communiqué de presse en pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *